J’ai acheté et vendu mes premiers NFTs sur le web

Dernière mise à jour : 3 novembre 2022

1. Introduction

Depuis plusieurs années on lit ou entend de plus en plus souvent un terme mystérieux: NFT (non-fungible token) ou JNF (jeton non fongible). Il s’agit d’une donnée cryptée qui représente un objet numérique auquel est rattachée une identité numérique, c.à.d. un propriétaire. Cette donnée est stockée et authentifiée grâce à un protocole de chaîne de blocs (blockchain), c.à.d. un registre numérique public et décentralisé. Un NFT est payé avec des unités de crypto-monnaie qui sont gérées, ensemble avec les NFTs, dans un portefeuille numérique.

Avant de présenter en détail ces différentes technologies, je vais les introduire moyennant deux cas concrets, l’achat et la vente d’une oeuvre d’art numérique sur Internet. Les NFTs ne sont pas limités au domaine de l’art, mais sont utilisés surtout dans différents secteurs professionnels. Comme une oeuvre d’art digitale est quelque chose de tangible, elle se prête bien pour expliquer le concept à l’homme de la rue qui sera confronté probablement de plus en plus souvent avec des NFTs, suite à l’explosion récente des générateurs d’art neuronaux basés sur l’intelligence artificielle (images, vidéos, littérature, musique, …).

2. The Happyness Amplified

NFT “The Happyness Amplified” de l’artiste Raphaël Laventure

L’image animée GIF ci-dessus est une oeuvre d’art numérique créée par l’artiste français Raphaël Laventure. L’oeuvre a été frappée le 17 mai 2022 par l’agence marketing luxembourgeoise The Dots, fondée en 2021 par Kamel Amroune. L’oeuvre est mis en vente sur la place de marché objkt.com au prix de 115 ꜩ (Tezos), ce qui correspond à environ 200 €. Elle fait partie d’une collection de 4 NFTs et porte le nom de The Happiness Amplified. En janvier 2022, lors de la présentation de l’événement Metavers Month, l’agence The Dots avait annoncé la création d’un NFT en collaboration avec l’artiste Raphaël Laventure. Quelques mois plus tard, The Dots a confirmé dans son service phare Techsense que le NFT était prêt.

La frappe NFT (minting) est le processus de conversion d’un fichier numérique en un objet de collection crypto. Après la frappe il est impossible de supprimer, d’éditer ou de modifier l’identité numérique ou le fichier afférent stocké sur la chaîne de blocs correspondante.

L’acheteur d’une NFT comme The Happiness Amplified peut la mettre dans un cadre numérique installé dans son salon ou l’afficher sur un grand écran attaché au mur de son salon. Tout comme chacun peut s’accrocher une copie, une affiche ou une impression d’une célèbre peinture dans son salon, il n’existe qu’un seul original dont l’authenticité est certifiée en général par le musée qui détient cette oeuvre. Dans le cas d’une NFT ce n’est pas différent. Un surfeur sur Internet ayant quelques notions techniques peut cloner ou copier l’objet numérique, mais il ne peut pas falsifier l’identité numérique contenue dans la chaîne de blocs qui authentifie l’origine et le propriétaire de l’objet.

Dans une première phase j’ai été tenté d’acquérir une édition de cette oeuvre pour démarrer mes expériences NFT, mais j’ai hésité ensuite pour engager une somme relativement élevée dans une aventure que je ne maîtrise pas encore et qui porte certains risques. Dans un article écrit pour Delano et traduit pour Paperjam, l’artiste luxembourgeois de renom Sumo a confessé qu’il a mis environ un an pour comprendre qu’un NFT n’est pas seulement un jpeg. Dans la suite il est devenu un grand fan des jetons non fongibles.

Un deuxième témoignage, celui de Jil Haberstig, consultant, artiste et fondatrice du Lux NFT Club, va dans le même sens. Dans un entretien publié sur le site web siliconluxembourg en janvier 2022, intitulé Selling NFTs Is Almost A Full-Time Job, Jil Haberstig a déclaré

It requires a lot of technical knowhow. It took me almost a year to have a sense of what I’m doing (laughs) and I still feel that every day. It’s evolving very fast and before you can enter the NFT market or get involved, first of all you have to understand the crypto market, otherwise you’re not able to sell or buy NFTs. If you’re not in the crypto market NFT is just a word.

J’ai donc compris que acheter et vendre ses premiers NFTs n’est pas l’affaire d’une journée et qu’il faut aller en douceur.

N.B. Le 2 novembre 2022 Meta a annoncé qu’elle va bientôt supporter la vente de NFTs à partir de Instagram, ce qui peut faciliter les démarches dans l’avenir. Meta avait démarré en mai 2022 un projet pilote afférent aux Etats-Unis avec quelque artistes sélectionnés.

3. Reunited NFT

Suite à quelques recherches sur Google, j’ai appris que Opensea est la place de marché NFT la plus connue et qu’elle couvre surtout le domaine de l’art. J’ai commencé à explorer cette plateforme et j’ai rapidement trouvé une collection au nom de Cheap NFTs for Sale.

Collection “Cheap NFTs for sale” sur la place de marché Opensea

Les artistes qui créent des oeuvres numériques pour cette collection affirment que leur objectif n’est pas de gagner de l’argent, mais de faciliter l’accès à ces nouvelles technologies à l’homme de la rue. C’est parfait, c’est ce qu’il me faut. Il faut dire que la qualité des images numériques de cette collection n’est pas fameuse. Comme mon souhait n’était pas d’acquérir un chef-d’oeuvre, mais de me familiariser avec la technique NFT, j’ai choisi un objet au nom de Reunited NFT au prix affiché de 0.004 ETH sur la chaîne de blocs Polygon. Ce prix correspondait à environ 6 €. Voilà cette image:

Oeuvre d’art numérique “United NFT”

4. Guide NFT pour les débutants

Pour progresser avec l’achat de mon NFT sélectionné, j’ai cherché des guides et tutoriels afférents sur le web moyennant Google Search. L’article Où et comment acheter un NFT ? Le guide ultime pour débutant, publié le 6 octobre 2022 sur la page web cryptonaute.fr, me paraissait sérieux. J’ai appris que la première étape consiste à acheter de la crypto-monnaie sur une plateforme reconnue et fiable. On me proposait de cliquer sur un bouton vert pour créer un compte sur Crypto.com, ce que j’ai fait.

J’étais étonné de voir qu’après plusieurs redirections je me suis retrouvé sur une page gate.io pour ouvrir ce compte (voir copies-écran ci-dessus). J’étais en outre intrigué au sujet des propositions de m’offrir un cadeau de bienvenu de 100 € lors de l’inscription et un bonus de 5.500 € lors de transactions réussies. Je me suis méfié de ne pas voir des prix ou des conditions générales sur cette page. Probablement c’est ca le monde des NFTs ? Avec une certaine prudence j’ai entré le soir du dimanche 9 octobre 2022 mon numéro mobile et les autres données requises sur la page web de création du compte. A la fin j’étais informé que le minimum d’achat de crypto-monnaie était de 250 €, ce qui m’a amené à interrompre le processus d’inscription. J’ai décidé de m’informer davantage sur le monde NFT avant de continuer.

Le lendemain tôt le matin, une dame m’appelait sur mon mobile pour m’offrir son support à changer ma vie. Elle avait vu que j’avais abandonné la soirée précédente le processus de création d’un compte sur crypto.com. Elle essayait par tous les moyens de me convaincre de compléter mon inscription et ses conseils se ont transformés rapidement dans un vrai harcèlement. J’étais obligé d’interrompre l’appel par la force. Décidément le monde des NFT est particulier !

5. Plateforme Coinbase

Après des recherches et investigations supplémentaires, j’étais persuadé que la société Coinbase, fondée en 2012, était un acteur fiable et j’ai décidé de lancer une deuxième tentative d’achat de crypto-monnaie auprès de ce marchand. Lors de la demande des coordonnées de ma carte de crédit, j’ai indiqué, avec la prudence voulue, les numéros et dates de ma carte Easy VISA prépayée de POST Luxembourg. Quelle était ma stupeur en lisant le message d’erreur que les cartes de crédit prépayées ne sont pas acceptées. Comme l’utilisation de ma carte de crédit standard sur des sites Internet, avec lesquels je n’ai pas de relations établies, me semblait trop risquée, j’ai opté pour une autre méthode de paiement proposée par Coinbase: un virement international SEPA. Sur BIL Online j’ai effectué un virement de 25€ sur une banque en Estonie, au profit d’une société domiciliée en Irlande, à l’attention de Coinbase . Le monde NFT est vraiment international ! Et c’était un succès. Trois jours plus tard j’étais le détenteur d’un compte Coinbase avec un dépôt de 25€. Les images ci-après documentent différentes étapes de mon processus de création de ce compte : téléchargement d’une copie de la carte d’identité, téléchargement d’un document récent de la banque avec mon nom et mon adresse postale, sauvegarde d’une photo selfie avec une notice “For Coinbase Trading 16.10.2022” dans la main, contrôle des données, réception d’un code de vérification par SMS, messages de confirmation, virement etc.

6. Portefeuille MetaMask

Pour convertir le dépôt sur Coinbase en crypto-monnaie il faut disposer d’un portefeuille numérique (wallet en anglais). Coinbase dispose de son propre portefeuille Coinbase Wallet, mais il est recommandé d’utiliser un portefeuille numérique non affilié à un marchand de crypto-monnaie. Dans la documentation sur les NFTs sur le web un nom d’un portefeuille indépendant est souvent référencé: MetaMask, avec comme logo une icône d’une tête de renard.

Portefeuille Metamask

Le portefeuille existe en deux formats: comme extension pour un navigateur (web-browser) ou comme app pour les tablettes et mobiles. Bien que le navigateur Safari de mon MacBook n’est pas supporté par MetaMask, j’ai opté pour démarrer avec l’option extension navigateur. De toute façon je préfère utiliser le navigateur Chrome sur MacBook, car j’avais remarqué que de nombreuses pages web, en relation avec les NFTs, ne sont pas affichées correctement dans Safari. L’installation de l’extension MetaMask dans Chrome a été effectuée avec succès, moyennant quelques clics. La première étape consistait à valider une phrase secrète de 12 mots. Si on ne dispose plus de cette phrase, il n’y a aucun moyen pour récupérer son portefeuille.Une phrase secrète est proposé par MetaMask. L’image ci-après montre la fenêtre afférente:

Activation d’une phrase secrète de 12 mots pour créer un portefeuille numérique

Pour confirmer il faut entrer les 12 mots dans le bon ordre dans la fenêtre qui suit:

Confirmation de la phrase secrète de 12 mots pour le portefeuille numérique MetaMask.

Il va de soi que la copie écran ci-dessus ne montre pas les vrais mots de mon portefeuille ! Après sauvegarde et confirmation de ma phrase de backup, le grand moment était venu pour convertir une partie de mon dépôt sur Coinbase en crypto-monnaie. J’ai commencé avec 10€. La conversion a pris un certain temps et Coinbase a retenu une commission de 0,99€.

Le solde de 0,00665662 ETH, la crypto-monnaie de Ethereum, devait être suffisant pour payer mon NFT sélectionné au prix 0,004 ETH. En plus, j’ai reçu une récompense de 5€.

7. Premières tentatives d’achat d’une NFT

Pour acheter le NFT choisi, je retournais sur le site web Opensea et j’ai ajouté l’objet d’art dans mon caddie virtuel. J’ai été redirigé vers mon portefeuille MetaMask, j’ai confirmé l’achat et après plusieurs heures j’ai été informé que l’achat avait échoué. J’ai pensé que j’avais probablement effectué une mauvaise manipulation et je me suis lancé dans une deuxième tentative. Comme le montant des ETH dans mon portefeuille avait toutefois sensiblement diminué et était même inférieur à 0.001 unités, j’ai d’abord dû convertir le reste de mes 25€, virés sur Coinbase, en crypto-monnaie. Pour le deuxième essai d’achat j’ai soigneusement vérifié chaque pas et j’ai lu en détail toutes les informations affichées dans la séquence des fenêtres qui s’ouvraient après chaque clic sur un bouton de confirmation. Hélas ma deuxième tentative, ainsi qu’une troisième, ont également échoué et à la fin je me suis retrouvé sans NFT et presque sans ETHs restants. Pour me consoler, je me suis dit que la dépense des 25€ constituait un investissement dans mon apprentissage. J’ai passé les jours qui suivaient avec la recherche et la lecture de contributions sur Internet au sujet de l’achat de NFTs. A la fin j’étais conscient que j’avais commis plusieurs erreurs :

  1. J’avais converti mes € en unités de crypto-monnaie ETH sur la chaîne de blocs Ethereum main au lieu de la chaîne Polygon. Il faut donc utiliser un pont (bridge) pour les transférer sur la chaîne dans laquelle le NFT sélectionné a été frappé.
  2. Je n’avais pas pris note que le la version actuelle de l’extension MetaMask ne comporte pas de support natif des NFTs, mais qu’il est recommandé d’utiliser l’application pour mobiles pour gérer les achats.
  3. J’avais sous-estimé les coûts des transactions en relation avec des chaînes de blocs. Pour chaque transaction il faut payer du gaz (ou du carburant; ce sont vraiment les termes techniques de ces opérations) pour les opérateurs qui gèrent d’une façon décentralisée les chaînes de blocs. Et même l’homme de la rue sait aujourd’hui que le gaz est cher ! En cas d’échec d’une transaction, les dépenses pour le gaz ne sont pas remboursées.

A coté des commissions encaissées par les marchands, mon dépôt de 25€ a donc surtout été utilisé pour brûler du gaz.

8. Première réussite d’acquisition d’une NFT

Pour progresser, j’ai d’abord téléchargé et installé l’application mobile MetaMask depuis l’AppStore d’Apple sur mon iPhone. Ensuite j’ai configuré et personnalisé cette app moyennant la saisie de ma phrase secrète à 12 mots. Comme je ne disposais plus de crédits, la prochaine étape consistait à recharger mon portefeuille. Lors de mes derniers recherches sur le web, j’avais appris qu’il était possible d’ajouter des fonds à partir de MetaTask, via le marchand Moonpay, avec une carte de crédit. Le minimum d’achat était de 30€, la commission de Moonpay était le triple (3,33€ pour 30€) de celle de Coinbase, mais en revanche ma carte de crédit prépayée Easy VISA a été acceptée.

Message de confirmation de paiement avec Moonpay

Après la réception d’un montant de 0.0223 ETH (Polygon), j’ai remis le NFT sélectionné dans mon caddy sur Opensea et ajusté le prix maximal à payer pour le gaz de la transaction. Après une dernière vérification de tous les éléments, jai confirmé l’achat. Quelques heures plus tard j’étais l’heureux propriétaire de l’oeuvre d’art numérique United NFT. La galerie d’images qui suit présente quelques copies écran du processus exécuté sur mon iPhone.

9. Création de mon premier NFT

Après ce succès d’achat d’un premier NFT, je me suis dit qu’il convient maintenant de vendre mon premier NFT. Mais avant de le vendre il faut le créer. J’étais d’avis qu’une simple image statique était trop banale et qu’il fallait présenter quelque chose qui bouge, par exemple une animation ou une vidéo. J’ai donc fouillé dans mes archives et j’ai trouvé une animation que j’avais réalisé il y a quelques années pour montrer une partie d’un jeu de moulin où une personne joue contre un ordinateur. J’ai développé et programmé ce tablier électronique d’un jeu de moulin (Elektronesch Millchen) en 1977.

Les 24 intersections du tablier contiennent chacune une photodiode et une LED. L’ordinateur joue avec des pions rouges et il signale par une LED clignotante où il souhaite poser son pion. Son adversaire humain pose un pion rouge sur la position indiquée et l’ordinateur acquitte la manoeuvre correcte en allumant la LED en permanence. Un pion posé par le joueur humain est reconnu par l’ordinateur via la photodiode et l’acquittement se fait également par l’allumage continue de la LED. Le clignotement de deux LEDs signale un changement de position d’un pion rouge voulue par l’ordinateur, tandis que le clignotement à côté d’un pion noir veut dire qu’il faut l’enlever, suite à un moulin fermé par l’ordinateur. Dans la présente animation le jeu se termine par un blocage de l’ordinateur et l’humain sort comme vainqueur. J’ai convertie l’animation en vidéo mp4 et je l’ai hébergée sur Youtube.

Certes cette animation n’est pas un chef-d’oeuvre artistique, mais elle se distingue par trois particularités. C’est d’abord un prédécesseur des systèmes actuels d’intelligence artificielle et un NFT afférent constituerait un témoignage historique. C’est également un objet numérique qui se prête pour former un élément unique parmi une collection de parties du jeu de moulin. Chaque partie serait basée sur une autre stratégie de jeu et chaque animation serait donc unique. Last not least c’est un projet artistique handmade. J’ai pris une photo du tablier après chaque changement de position d’un pion et j’ai retouché la couleur des LEDs dans Photoshop. Ensuite j’ai assemblé la centaine de photos dans une image animée GIF, avec une conversion finale en vidéo.

La création du NFT était facile et a été exécutée sans frais. J’ai téléchargé le fichier vidéo sur mon compte Opensea, j’ai spécifié la phrase The Winner is Black comme nom du NFT et j’ai définie comme prix de vente le même montant que celui de mon premier NFT acheté, c.à.d. 0.004 ETH (Polygon). La copie écran de ma page personnelle sur Opensea ci-après montre le résultat:

10. Vente de mon premier NFT

Pour forcer la vente (fake is in !) de mon NFT “The Winner is Black” j’ai invité mon ami virtuel Lutz Basel à faire l’achat. Pour ce faire il devait disposer de son propre portefeuille MetaMask. Comme on peut seulement installer un seul portefeuille comme extension d’un navigateur, ou comme application sur un mobile, Lutz a utilisé le navigateur Firefox, au lieu de Chrome, sur mon MacBook. Au lieu de mon iPhone il a pris mon mobile Android (Nokia 2.3) pour installer l’application MetaMask à partir du Google PlayStore.

En profitant de mon expérience concernant la configuration du portefeuille MetaMask, Lutz a vite réussi à confirmer une phrase backup de 12 mots pour initialiser son portefeuille. Je souhaitais transférer les frais d’achat de mon portefeuille sur celui de Lutz. C’était facile, au lieu de saisir le code d’identité du portfeuille de Lutz, composé d’une séquence de 42 caractères et chiffres, j’ai pu capter le code QR afférent avec la caméra de mon iPhone. Avec le gaz nécessaire, la transaction a été rapidement exécutée. Il restait à Lutz de chercher son objet d’art sur Opensea, de le mettre dans son caddy, de confirmer l’achat, sans oublier le gaz, et le NFT changait de propriétaire. Ma première vente d’un NFT était une réussite ! Comme d’habitude, je joins ci-après quelques copies écran pour illustrer le processus sur mon mobile Nokia.

11. Inspection de la chaîne de blocs

Pour m’assurer que l’achat et la vente de mes NFT sont correctement enregistrés, je souhaite inspecter la chaîne de blocs correspondante. L’outil pour ce faire s’appelle blockchain explorer. En principe chaque chaîne de blocs dispose de son propre explorateur, mais il y a quelques outils qui supportent plusieurs chaînes. Mes propres transactions pour l’achat et la vente d’un NFT ont été exécutées sur la chaîne de blocs Polygon et l’outil d’exploration afférente s’appelle Polygonscan. Pour trouver une transaction spécifique, on peut spécifier l’identité d’un portefeuille, le numéro d’un bloc, le hash de la transaction, etc, comme critère de recherche. Souvent on connaît seulement l’identité du portefeuille utilisé:

  • Marco Barnig, ID : 0xD8c59cb936Db3767b6d7079563D7BEa9a75720ce
  • Lutz Basel, ID: 0xbf785d93aF1d528d9A2601c256c1530F37cbA014

Je commence avec mon ami virtuel Lutz Basel qui a effectué 3 transactions: la première est liée à mon transfert de fonds, la deuxième constitue l’approbation de la réception de ces fonds et la troisième se réfère à l’achat de mon NFT. La copie écran qui suit montre les résultats de recherche avec l’ID du portefeuille de Lutz Basel.

Transactions effectuées par Lutz Basel

Les trois transactions sont relevées en bas de la page web. Si on clique sur le numéro du bloc d’une transaction, les détails de ce bloc sont affichés dans une nouvelle fenêtre. L’image qui suit montre un exemple, il s’agit du bloc No 34585013 affilié à l’achat du NFT.

Contenu du bloc No 3458013

On constate que le bloc en question contient 53 transactions internes et 11 transactions liées à un contrat interne. Un bloc rassemble plusieurs transactions lancées par différents usagers. Les images qui suivent montrent des extraits des listes détaillées de ces transactions qui sont affichées si on clique sur les liens inclus dans la ligne intitulée Transactions.

Avec le hashtag de la transaction on peut rechercher les données dans le bloc en question. Je l’ai marqué en jaune dans la liste des 53 transactions internes incluses dans le bloc No 3458013.

Pour comprendre le contenu des autres données enregistrées dans le bloc il faut être expert et les explications à ce sujet dépasseraient le cadre de la présente contribution. Je laisse le plaisir aux lecteurs avertis d’explorer les autres blocs, ainsi que les blocs associés à mon propre portefeuille. Ces blocs contiennent également toutes les transactions échouées lors de mes premiers essais.

Si vous éprouvez des problèmes de compréhension, vous devez vous rappeler les témoignages des deux artistes au début de mon article au sujet de la complexité de la technologie NFT et de la durée d’apprentissage d’une année. Ce rappel termine la première partie de la présente. Dans les prochains chapitres je vais ajouter quelques généralités sur les techniques en mettant le focus sur la situation au Luxembourg.

12. Les fondations des NFTs

Dans la première partie de cet article j’ai introduit les technologies qui constituent les fondations des NFTs. Dans la suite je vais compléter la description des éléments suivants:

  • crypto-monnaie (crypto currencies)
  • chaîne de blocs (blockchain)
  • jetons (tokens) et transactions (transactions)
  • portefeuilles (wallets)
  • blocs (blocks) et carburant (gas)
  • plateformes de marché NFT

12.1 Crypto-monnaie

Wikipedia fournit la définition suivante de la crypto-monnaie :

Une crypto-monnaie, dite aussi cryptoactif, cryptodevise, monnaie cryptographique ou encore cybermonnaie, est une monnaie numérique (actif numérique) émise de pair à pair, sans nécessité de banque centrale, utilisable au moyen d’un réseau informatique décentralisé. Elle utilise des technologies de cryptographie et associe l’utilisateur aux processus d’émission et de règlement des transactions.

Comme il n’y a pas de régulateur de la crypto-monnaie, on ne dispose pas de chiffres exactes sur ce marché. La société CoinMarketCap, fondée en 2013 par Brandon Chez, maintient le site web le plus référencé dans ce domaine. On estime qu’en 2022 plus de 20.000 monnaies différentes existent, mais dont la moitié n’est plus marchandé. La valeur totale du marché dépasse 10.000 milliards €.

Dans la première partie de l’article nous avons fait connaissance de quatre crypto-monnaies: Tezos, ETH (main), ETH (Polygon), MATIC. Le Bitcoin (BTC) était la première monnaie cryptographique, présentée dans un livre blanc en 2008, par une personne au pseudonyme de Satoshi Nakamoto. Le code source de l’implémentation de référence a été publié en 2009. Le Bitcoin est toujours la crypto-monnaie la plus connue. Parmi la multitude des monnaies il convient de citer les autres représentants populaires suivants : Tether (USDT), BNB, XRP, Cardano (ADA), Solana (SOL), Dogecoin (DOGE) et Polkadot (DOT).

La valeur d’une crypto-monnaie par rapport aux $ ou € peut varier d’une seconde à l’autre. Les images qui suivent montrent la valeur de mon portefeuille à une intervalle de 24 heures. L’ETH a perdu de 3,6% en valeur.

Les fluctuations de la valeur de l’ETH pendant une journée sont affichées ci-après :

Fluctuations de la valeur de l’ETH

Pour certains internautes le marchandage de crypto-monnaie est devenu une drogue. Certains gagnent gros, mais la majorité fait des pertes. Il faut être conscient que ceux qui gagnent dans tous les cas sont les marchands professionnels avec les commissions et les mineurs avec la vente du gaz.

On ne compte pas seulement des milliers de crypto-monnaies, mais également des milliers de plateformes pour acheter ou vendre des crypto-monnaies.

12.2 Chaînes de blocs (Blockchains)

Dans la première partie de la présente trois blockchains ont été présentées : Tezos, Ethereum et Polygon. Mais il y a des centaines, voire des milliers de chaînes différentes. On distingue quatre types:

  • blockchains publiques
  • blockchains privées
  • blockchains de consortium
  • blockchains hybrides

A coté des blockchains référencées ci-avant (Bitcoin, Ethereum,Tezos et Polygon), quelques autres plateformes de renom sont relevées ci-après :

Les blockchains sont normalisées par le comité technique 37 de l’ISO. L’Institut luxembourgeois de la normalisation, de l’accréditation, de la sécurité et qualité des produits et services (ILNAS), une administration publique sous l’autorité du ministre de l’Économie, a publié unn rapport national de normalisation technique dans le domaine de la blockchain.

Le Luxembourg est bien positionné dans le domaine de ces nouvelles technologies. Sur le site web luxembourg.public.lu on peut lire que le Luxembourg se veut pionnier européen dans le monde du blockchain.

Luxembourg Blockchain

La définition suivante du blockchain est fournie sur ce site :

Décentralisation, transparence et immutabilité sont les mots clé du blockchain. Au Luxembourg les piliers ont été construits pour définir la bonne stratégie de développement de ces chaînes logistiques. En route maintenant pour favoriser l’adoption à grande échelle et pour le bien général du pays.

Un blockchain est un enregistrement numérique des transactions. Son nom vient de sa structure, dans laquelle les enregistrements individuels, appelés blocs, sont reliés entre eux dans une liste unique, appelée chaîne. Aujourd’hui, les chaînes de blocs sont utilisées principalement dans le secteur financier, mais l’identification numérique, la preuve de la propriété foncière, la gestion de la chaîne logistique et même le vote ne sont qu’une fraction des applications potentielles qui seraient d’intérêt pour le secteur public aussi.

Son fonctionnement décentralisé permet en outre de résoudre des problèmes liés à des points d’échec unique en cas de sinistres ou d’attaques et porte ainsi le potentiel d’aider les acteurs publics et les entreprises à réduire la fraude et les erreurs ou à améliorer la transparence de leurs données et transactions.

L’année 2019 a été une année charnière pour les blockchains au Luxembourg. Le 1er mars 2019 un nouveau article a été ajouté à la loi du 1er août 2001 concernant la circulation de titres aux fins d’autoriser les blockchains pour tenir des comptes-titres. La même année, le ministère de la Digitalisation, ensemble avec le Syndicat intercommunal de gestion information (SIGI) et le Centre des technologies de l’information de l’État (CTIE) ont annoncé la création de la première blockchain du secteur public. La digitalisation intégrale des aides financières de l’État pour études supérieures a démarré le 1er août 2019 comme projet phare de la blockchain du secteur public. La Spuerkeess a joué dans ce contexte le rôle de banque-pilote. En décembre 2019 les acteurs suivants ont lancé une collaboration afin de renforcer le Luxembourg en tant que blockchain hub européen par excellence.

  • INFRACHAIN a.s.b.l.
  • LëtzBlock
  • LHoFT (Luxembourg House of Financial Technology)
  • LIST (Luxembourg Institut of Science and Technology)
  • SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust de l’Université du Luxembourg)
Luxembourg Blockchain Lab

Les cinq acteurs ont fondé le Luxembourg Blockchain Lab (LBL) pour créer un large écosystème du blockchain au Luxembourg. Le laboratoire a organisé une première semaine Blockchain (blockchainweeks) du 26 au 30 avril 2021 au Luxembourg. Une deuxième édition des blockchainweeks a eu lieu du 3 au 7 octobre 2022.

Infrachain est présidée par Fabrice Croiseaux, CEO de Intech, une entreprise du groupe POST. Le chef de projet est Tom Kettels. Lëtzblock est présidée par Biba Homsy et dirigée par Arnaud Wenger. Le Conseil d’Administration de LHoFT se compose de 18 personnalités du monde financier luxembourgeois et présidé par Yuriko Backes, ministre des finances. Le CEO est Nasir Zubairi. Le LIST est présidé par Eva Kremer et dirigé par Thomas Kallstenius. Le SnT est dirigé par Björn Ottersten. Les technologies des finances (FinTech) sont une des quatre priorités de recherche du SnT. Parmi les 15 groupes de recherche du SnT il convient de citer CryptoLux et FINATRAX dans ce contexte. Le LBL est dirigé par Emilie Allaert. Le LBL est un partenaire de l’initiative Digital Learning Block (DLB) et en charge de l’enseignement des blockchains. Les autres partenaires du DLB, créé par le Ministère de l’Education, sont Ecole 42, D-School et SECURITYMADEIN.LU (depuis le 17.10.2022 Luxembourg House of Cybersecurity : LHC).

Des formations sur les technologies blockchain sont également proposées par lifelong-learning.lu, Luxinnovation, PWC et Abilways.

12.3 Jetons (tokens) et transactions

L’unité de données stockée dans une chaine de blocs, qui est unique, est appelée jeton (token en anglais). On distingue les jetons fongibles et les jetons non-fongibles. Un jeton fongible appartient à une même catégorie et ne se distingue pas des autres jetons appartenant à cette catégorie. Par exemple, un bitcoin ne possède pas d’identité propre et ne peut pas être tracé. Un bitcoin vaut toujours un autre bitcoin et peut être remplacé par n’importe quel autre bitcoin. On dit qu’il est interchangeable, c.à.d. fongible. La majorité des crypto-monnaies, et toutes les monnaies réelles, sont fongibles.

Les unités de données stockées dans une chaine de blocs qui disposent d’une identité numérique sont appelés jetons non-fongibles (NFT : Non-Fungible Token). Ils ne peuvent pas s’échanger, même s’ils appartiennent à une même catégorie. L’identité numérique constitue un genre de certificat infalsifiable qui atteste de l’authenticité et de la propriété d’un objet virtuel. Nous avons déjà vu les exemples des objets numériques appartenant à la catégorie de l’art contemporain et les contrats des aides financières luxembourgeoises pour les études supérieures. Les domaines d’utilisation des NFT sont innombrables. Par exemple des vignerons utilisent les NFT moyennant des codes QR ou des puces NFC dans les bouchons pour lutter contre la contrefaçon des vins de renom. Au Luxembourg c’est surtout le marché financier qui applique la technologie NFT, mais la société italienne Guala Closures Group, qui produit des bouchons NFC, a installé en 2017 son cinquième centre de recherche dans le monde au Luxembourg. Grâce à une collaboration avec la société luxembourgeoise Compellio les clients peuvent créer leurs propres caves de vin virtuelles avec la technologie NFT.

Wine Developers avec bouchons NFC

Toute manipulation d’un jeton, fongible ou non-fongible, est documentée dans une transaction qui est enregistrée dans un bloc d’une blockchain spécifique.

12.4 Portefeuilles numériques

Pour conserver et gérer ses jetons il faut disposer d’un portefeuille numérique (eWallet). Nous avons déjà fait la connaissance des portefeuilles MetaMask et Coinbase Wallet. Mais il y a une multitude d’autres exemplaires pour tous les goûts. D’abord il faut distinguer les différents supports de portefeuilles numériques:

  • logiciel
  • matériel
  • papier

Les portefeuilles basés sur du matériel procurent la meilleure sécurité. Ceux en forme de logiciel sont les plus flexibles. On distingue des extensions pour navigateurs, des programmes pour ordinateurs ou des applications pour tablettes ou mobiles. On fait encore la différence entre portefeuilles chauds (hot wallets) qui sont toujours connectés à Internet et les portefeuilles froids (cold wallets) qui fonctionnent hors ligne. Les meilleurs combinent et les NFT et les crypto-monnaies et supportent plusieurs blockchains. Les plus simples sont spécialisés pour une seule tâche ou une catégorie NFT déterminée. Des critères de sélection sont bien sûr la sécurité, mais également la facilité de configuration et d’utilisation ainsi que la compatibilité. Les usagers qui veulent éviter tout risque de piratage peuvent revenir au bon vieux papier. Parmi les milliers de portefeuilles proposés sur Internet, quelques exemples populaires sont relevés ci-après:

12.5 Blocs et carburant

Le lecteur sait désormais que toute transaction de jetons est enregistrée dans un bloc qui fait partie d’une chaîne gérée dans un réseau blockchain d’une façon décentralisée. La création d’un nouveau bloc fait référence à une technique ancienne: le minage. Le réseau du type pair-à-pair sur Internet est constitué de serveurs qui fonctionnent grâce à un logiciel dédié. Dans le cas du Bitcoin ce logiciel est Bitcoin-Core. Chaque noeud du réseau dispose d’une copie de la blockchain en question.

Qui sont les gestionnaires de ces réseaux ? Ce sont des individuels, collectifs ou entreprises, appelés mineurs, qui exploitent un noeud de ce réseau. Chacun peut le faire à condition de disposer d’un ordinateur performant, car les calculs cryptographiques à exécuter demandent des puissances de calcul très importantes et des mémoires de taille. En contrepartie les mineurs sont rémunérés pour leurs efforts. Prenons l’exemple de mon transaction pour transférer 15€ à mon ami virtuel Lutz Basel. Le processus se déroule en plusieurs étapes:

  1. Je déclenche la transaction en poussant le bouton confirmation dans mon portefeuille.
  2. La transaction est diffusée dans le réseau par le logiciel du portefeuille MetaMask et placée dans un pool de transactions non confirmées.
  3. Les mineurs sont connectés à ce pool et essayent de rassembler plusieurs transactions du pool pour les intégrer dans un nouveau bloc candidat. Il est probable que mon transaction soit incluse dans des blocs candidats de différents mineurs.
  4. La validité de ma transaction est contrôlée par les mineurs en vérifiant si mon portefeuille dispose des fonds ou jetons suffisants et si toutes les obligations sont respectées.
  5. Les blocs candidats reçoivent une signature nommée preuve de travail en résolvant un problème mathématique très complexe, unique à chaque bloc de transactions. Cette étape est appelée processus de minage.
  6. Le mineur qui a calculé le premier la signature du nouveau bloc candidat diffuse ce blog et la signature à tous les autres noeuds du réseau.
  7. Les autres mineurs vérifient la légitimité de la signature. En cas de validité ils confirment que le bloc peut être ajouté à la chaîne. Ils doivent être tous d’accord, on appelle le processus algorithme de consensus.
  8. Le mineur dont le bloc a été validé reçoit une récompense fixe pour le bloc et une récompense variable (frais de transaction) pour chaque transaction incluse dans le bloc.
  9. Les autres mineurs qui ont inclus mon transaction dans leur bloc candidat doivent recommencer à zéro et la retirer de leur bloc candidat, de même que les autres transactions qui sont déjà intégrées dans le dernier bloc ajouté à la chaîne.

Le succès des mineurs est conditionné par plusieurs facteurs: la performance de leur infrastructure de calcul, la stratégie de minage employée, le trafic et le nombre de noeuds actifs sur le réseau et la chance. Certains mineurs accordent une priorité aux transactions compliquées comportant des frais de transaction importants pour obtenir une meilleure rémunération. D’autres se spécialisent sur des volumes élevés avec des transactions à faible coûts. Le protocole de minage règle la complexité du problème mathématique en fonction des besoins pour maintenir un temps moyen constant entre chaque nouveau bloc.

Dans le cas ou deux nouveaux blocs sont minés simultanément, le protocole prévoit de retenir le bloc le plus long et l’autre est écarté. Après avoir saisi le fonctionnement et la complexité du minage, on comprend mieux la notion de carburant ou de gaz pour rémunérer le travail des mineurs. Si une transaction échoue, par exemple parce que les jetons dans le portefeuille sont insuffisants, les frais de transaction sont encaissés par les mineurs. Si on spécifie un plafond trop bas pour le gaz, les mineurs ont peu d’intérêt pour traiter la transaction en question et elle risque de rester longtemps en attente ou d’atteindre un time-out.

Le minage classique basé sur la preuve de travail a des inconvénients, notamment en ce qui concerne la consommation électrique qui est très conséquente au niveau mondial et qui le classe comme mauvais élève en termes climatiques. Pour pallier à ce problèmes, d’autres méthodes de minage ont été développées:

  • le minage par tiers de confiance: c’est le modèle privilégié des blockchains privés, mais c’est une véritable trahison du modèle original décentralisé.
  • le minage par consensus: des noeuds maîtres décident sur le consensus d’une façon certaine et déterministe; le réseau est donc partiellement centralisé, même si le nombre de noeuds maîtres est élevé.
  • le minage par preuve d’enjeu: des mineurs sont désignés d’une façon pseudo-aléatoire en fonction de leur fortune détenue sur le blockchain pour décider sur le consensus.

Il y a de plus en plus de pays qui envisagent d’interdire le minage par preuve de travail pour des raisons écologiques. Dans le prochain chapitre nous allons nous intéresser pour les plateformes de marchandage, de marché et d’échange.

12.6 Plateformes de crypto-monnaies et de NFTs

Les plateformes de crypto-monnaies Crypto, Coinbase et Moonpay ont été introduites dans la première partie de la présente contribution, de même que les places de marché FNT objkt.com et Opensea.

Quelques autres plateformes de crypto-monnaies sont:

La liste ci-après présente quelques plateformes de marché NFT populaires:

Comme le marché des plateformes de crypto-monnaies et de jetons non-fongibles est très volatil, il importe de se renseigner sur la situation actuelle avant de s’engager dans une plateforme déterminée.

13. Conclusions

Après avoir exploré en détail le monde des NFTs, j’ai l’impression de me retrouver 25 ans en arrière au moment de la bulle Internet. Je crains qu’on se trouve au début d’une bulle NFT et qu’à moyen terme on va se heurter aux mêmes débâcles qu’à la fin des années 1990: endettements, faillites, consolidations, dépréciations, restructurations, démissions, poursuites judiciaires etc.

En tout cas il importe de se familiariser avec la technologie NFT avant de faire des investissements risqués.

Bibliographie